le blog'notes

 

le Blog'notes de Charlot du 13

 

les laskar

 

Charlot du 13

 

L'ouverture de ce blog-notes
Mes aventures avec l'administration
Mes aventures avec la maladie
Pages éparses de ma mémoire
Moi, sexygénaire
Mes amours, mes emmerdes
Atelier d'écriture
Diverses élucubrations
L'ancien testament
Le big bang
Les offrandes
Quel déluge !
Le grand chantier
Sur le mont Moriah'
Ca rigole pas
L'échelle
Retour en Egypte
Les Evangiles au XXIème siècle
Vos commentaires
 
Hommage au vrai Charlot
 
Mais oui, vous êtes sur un site des
LASKAR & CO
Quel déluge !

 

Chapitre de Noé


Quand Noé sortit ce matin-là, le ciel était encore couvert. Il lui semblait qu’il y avait encore plus de nuages que la veille. Il avait des courbatures tout le long du dos. Mais bon. Il avait un peu fait des folies, quand même. Ils avaient essayé, avec sa femme, des nouvelles positions pour se donner des sensations. Aussi, à son âge ! Six cent cinq ans ! Mais bon. Il avait sans doute encore plusieurs bonnes années devant lui. Dix ans auparavant, il avait enterré son père, Léméc, à l’âge de sept cent soixante dix sept ans. Et mieux encore, il avait enterré son grand-père, Metuschelah, quinze ans auparavant à l’âge vénérable de neuf cent soixante neuf ans. Neuf cent soixante neuf ans ! Il se sentait gaillard à six cent cinq ans. Il se dit qu’il ressemblait plus à son grand-père qu’à son propre père. Lui était mort jeune, moins de huit cents ans…

Noé leva la tête. Quels nuages !

Ses trois fils étaient à la chasse. Leurs femmes étaient allées cueillir des plantes. En ce bel automne, les légumes étaient nombreux. Champignons, courgettes, carottes, lentilles… Il y avait de quoi manger en cette saison. Noé se mit à rêver… Et si on pouvait aider la nature ? Et si on prenait une surface de la terre pour y mettre des graines ou des racines ? Est-ce que ça serait possible de faire pousser les légumes qu’on voulait ?

Hou lala ! Il se mettait à délirer. Et si on capturait des animaux et on leur laissait faire des petits et on les mangerait quand ils seraient assez gros ? Il y avait quelques animaux qui n’étaient pas trop sauvages. Peut-être qu’on pourrait essayer de les élever ?

Hou la ! C’était un peu prématuré. Pour l’instant, ils étaient des chasseurs-cueilleurs. Pour l’instant, c’était le ciel qui l’inquiétait.

Il s’aperçut qu’il pensait tout haut.

Il avait dit : « Bon Dieu ! Je crois qu’il va pleuvoir ! »
- Oui, Fabrique une arche !
- Hein, quoi ? Qui parle ?
- Moi, ton Dieu !
- Lequel ? Celui de la pluie ?
- Oui et non. Je suis le seul Dieu.
- Hein ? Le seul Dieu ? Qu’est-ce que ça veut dire ? Un Dieu unique ?
- Laisse tomber. Fabrique une arche.
- Qu’est-ce que c’est ?
- Ben, un gros, gros bateau. Et tu y mettras tous les animaux et toute ta famille.
- Tous les animaux ? Mais ça fait trop de monde, ça !
- Non, tu prends un couple de chaque animal impur et sept couples d’animaux purs.
- Et comment je sais ce qui est pur et ce qui est impur ?
- T’inquiète. Je te le dirais.
- Mais comment je fais ?
- Fais-toi une arche de bois de gopher ; tu disposeras cette arche en cellules, et tu l'enduiras de poix en dedans et en dehors.
- Hein ? Et quelle grandeur de bateau je fais ?
- Voici comment tu la feras : l'arche aura trois cents coudées de longueur, cinquante coudées de largeur et trente coudées de hauteur. Tu feras à l'arche une fenêtre, que tu réduiras à une coudée en haut ; tu établiras une porte sur le côté de l'arche ; et tu construiras un étage inférieur, un second et un troisième.
- Hein ? C’est quoi, une coudée ?
- Bon. Commence à couper du bois. Je t’expliquerai au fur et à mesure.
- Bon. D’accord. Mais pourquoi une arche ? Ca va servir à quoi ?
- La fin de toute chair est arrêtée par devers moi ; car ils ont rempli la terre de violence ; voici, je vais les détruire avec la terre. Et moi, je vais faire venir le déluge d'eaux sur la terre, pour détruire toute chair ayant souffle de vie sous le ciel ; tout ce qui est sur la terre périra.
- Hein ?
- Bon. Il va pleuvoir. Beaucoup. Très fort.
- Beaucoup comment ?
- Très très très beaucoup beaucoup. Un vrai déluge. Toute la terre sera recouverte. Seul ton arche flottera et toi et les tiens seront sauvés.
- Hou lala ! Quelle nouvelle ! Je vais le dire à ma femme.
- Oui. Dis-le à ta femme et tes enfants et leurs femmes et leurs enfants. Mais c’est tout. Je ne veux personne d’autre que ta famille dans cette arche.
- Mais tu avais dit « des animaux » ?
- Oui, bien sûr. Des animaux. Là, je parlais des gens. Que ta famille en tant qu’humains je veux.
- Et les animaux ? Je pourrais choisir ?
- Non. Tu prends tout.
- Même les moustiques ?
- Oui. Même les moustiques.
- Ben, pourquoi ? A quoi ils servent ? Ils piquent et c’est tout. C’est chiant, quoi !
- Discute pas. C’est comme ça !
- Oh Bon Dieu !
- Et ne blasphème pas !
- Hein ? Quoi ?
- Laisse tomber. Construis le bateau.
- Et combien de temps il va pleuvoir ?
- Une bonne quarantaine de jours.
- Quarante ?
- Oui. Quarante jours et quarante nuits.
- Oh lala ! Quand je vais lui dire ça, à ma femme ! Et comment je saurais que c’est fini ?
- Je ferais apparaître un signe dans le ciel.
- Un signe ? Un signe de quoi ? un signe comment ?
- Je ferais apparaître une bande de couleurs dans le ciel. De la forme d’un arc.
- Un arc ? comme pour chasser ? Un arc dans le ciel ?
- Oui. Tu diras « un arc-dans-le-ciel ».
- Hein ? un arc-en-ciel ?
-Oui, bon. Si tu veux. Un arc-en-ciel. Bon. Maintenant, remue-toi. Construis ce bateau.
- Oui, Seigneur. J’adore les couleurs dans le ciel.
- Ah ! c’est bien. Allez ! Vas-y ! Bouge-toi maintenant ! Construis ce bateau !