le blog'notes

 

le Blog'notes de Charlot du 13

 

les laskar

 

Charlot du 13

 

L'ouverture de ce blog-notes
Mes aventures avec l'administration
Mes aventures avec la maladie
Pages éparses de ma mémoire
Moi, sexygénaire
Femme Fontaine
Femme dans tous les sens
Sieur Justice et Dame Bonté
Astrée
Oh toi, mon Prince persan
Une vengeance froide
Le 11 décembre 2046
Ma Neshama
Biba la Tune
Une soirée
Mes amours, mes emmerdes
Atelier d'écriture
Diverses élucubrations
L'ancien testament
Les Evangiles au XXIème siècle
Vos commentaires
 
Hommage au vrai Charlot
 
Mais oui, vous êtes sur un site des
LASKAR & CO
Femme dans tous les sens

 

Elle hoquetait dans le coin du lit. Elle était trempée. Trempée de sueur, de larmes, de salive, pas d'urine, non, mais d'un liquide clair et chaud qui avait coulé le long de ses cuisses. qui avait coulé de son vagin comme d'une fontaine.

La Femme Fontaine ! Cela lui arrivait à chaque fois maintenant. A chaque fois qu'ils faisaient l'amour. Le plus possible de fois. Elle aurait voulu ne jamais s'arrêter. Elle ne pensait plus qu'à baiser, baiser, baiser... Il souriait à son désir. "Attends, tu verras il n'y a pas que cet aspect des choses..."

Que voulait-il dire ?

Elle avait appris à libérer son corps de l'emprise de sa raison.

Oh ! Lui ! Il comprenait tout d'elle. Lui ! Pourquoi l'avait-elle rencontré si tard dans sa vie ? Veuve, il y a trois ans, elle savait maintenant qu'elle avait rendu son mari malheureux parce qu'elle avait toujours refusé les nouveautés dans le domaine du sexe. Elle lui avait fermé la porte de ce bonheur incommensurable. Elle leur avait fermé la porte à tous les deux. Pourquoi ? Une pudibonderie mal placée. Un reste de culture chrétienne, ou mieux, catho, l'avait toujours inhibée. Elle avait été frigide dans sa tête. Oh ! Ce Saint Paul ! Quel mal il avait fait à l'humanité ! Oh la religion, les religions ! Leur unique but n'avait-il pas été de les faire croupir dans l'ignorance des sens ?

Car, elle le savait maintenant. Ce n'était pas seulement le sexe qui était en jeu. Le sexe était la porte des sens. Le sexe était la clé des sens. De tous les sens. Et pas seulement des cinq sens répertoriés dans la pauvre science humaine. Elle ne pouvait pas appeler ce nouveau monde qu'elle entrevoyait comme le "monde des sens". C'étaient des mondes, nos mondes.

Dans son orgasme, elle avait libéré son corps, mais il lui restait encore plein de choses à libérer dans son Moi. Son corps avait joui d'une façon complète au point de lui faire perdre toutes les inhibitions et s'était lâché de tout ce liquide en lui.

Mais son âme ? Elle avait senti toutes sortes de sensations parallèles et entremêlées. Des taches de couleurs avaient dansé dans ses yeux et l'avaient hypnotisée. Une musique bizarre avait résonné dans ses oreilles. Oh, pas véritablement une musique. Juste quelques notes d'un instrument inconnu qui lui fit perdre l'équilibre. Une odeur céleste était dans ses narines mais ne venait pas de l'extérieur et la transportait dans un ailleurs étrange et attirant. Ses doigts engourdis avaient une présence propre à eux. Ils existaient à part entière. Elle avait un goût dans la bouche. Sucré mais pas écœurant, inconnu la encore, comme un fruit exotique qui serait tellement exotique qu'il ne serait pas terrestre.

Et puis, des sensations étranges... Les taches de couleurs valsaient devant ses yeux mais elle, elle ressentait comme de petites recharges électriques "On est formés aussi d'énergie électrique, d'énergie magnétique" Elle sentait aussi dans toute la profondeur de son corps, ses organes qui vivaient leur vie. Ses cellules, les cellules de tout son corps s'entrechoquaient pour former une danse érotique.

Elle compris qu'elle avançait dans le phénomène de la libération. Son énergie magnétique voulait se libérer et lui faire sentir des décharges qui lui feraient connaître le sens de la vie. Les cellules de son corps voulaient maintenant se libérer et participer de sa vie. de LA VIE

Elle allait apprendre à libérer toutes ces énergies enfouies en elle. Elle allait apprendre non pas à les contrôler, mais à les lâcher. Pour que toutes ces énergies soient directement connectées au TOUT universel.

Elle en connaissait maintenant la clé. Elle savait comment ouvrir ses portes. Elle prendrait son temps. elle voulait jouir de cette époque qui s'ouvrait à elle. Elle voulait jouir de tous ces moments de grâce offerts à elle. Elle prendrait son temps. Elle connaissait la fin. Elle savait. Si elle y arrivait, cela serait un point de non retour. Son point de non retour.

Certains appelaient ça "LE NIRVANA". Certains appelaient ça simplement "LA MORT".
Peu importe le nom, ce stade n'était-il pas la fin nécessaire et inéluctable ? "Non, se dit-elle, on peut mourir de mille façons. en général, maladies des organes, accidents, agressions physiques. Ce n'est pas la Mort que je recherche, mais cet état de plénitude, cet état de sérénité qui l'entraîne."

Elle voulait mourir de jouir. Jouir de tous les sens, jouir de toutes les parties même infimes de son corps, de son âme. Elle voulait rejoindre la vraie vie. Elle ne voulait pas mourir, elle voulait entrer dans la vraie VIE. Elle voulait entrer en DIEU !

Les cinq sens, les énergies magnétiques, la liberté des cellules... elle avait encore beaucoup à apprendre. Beaucoup de chemin à parcourir. Quelle chance !

Elle pouvait se dire heureuse.

Si seulement, si seulement elle avait pu lui en faire part avant, lui qui était parti frustré de la voir si frustrée. lui qui se mettait en colère devant tant d'inhibitions. Lui qui était parti en colère, dans sa colère...

Dommage...

Et si il l'attendait là bas, au bout du chemin de la jouissance ? Et si il l'attendait encore, fou de désir d'elle comme il l'avait toujours été ?

Et si les amants les vrais amants, les amants qui s'aiment à perdre haleine, à perdre raison, finissaient non pas dans une mort solitaire, mais dans une fusion totale de tous leurs sens, de tous leurs organes, de toutes leurs cellules ?

Et si ?

A vrai dire, la connaissance humaine était vraiment inexistante dans ce domaine. Tout était possible, non ?