le blog'notes

 

le Blog'notes de Charlot du 13

 

les laskar

 

Charlot du 13

 

L'ouverture de ce blog-notes
Mes aventures avec l'administration
Mes aventures avec la maladie
Pages éparses de ma mémoire
Moi, sexygénaire
Mes amours, mes emmerdes
Atelier d'écriture
A Nadia et les autres
Kouakou
La cabane
Le voyage de noces
Petits poèmes
Les petits bonheurs
Babou le petit éléphanteau
L'ogre à l'éclair
Le Calabrais
70 ans - les Acacias
70 ans - la Salsa
La princesse Anthracite
Femmes qui lisent sont dangereuses
Femmes qui lisent... en vers...
La Bar Mitzvah
La menace
Dans l'urgence
L'oiseau bleu
Chagall
La Grande Odeur
Dans l'odeur de chèvrefeuille
L'homme qui donnait trop
Le train
Baiser volé
Haïkus d'Automne
Ma mer
La terre est noire
Sapho
C'est si bon
Diverses élucubrations
L'ancien testament
Les Evangiles au XXIème siècle
Vos commentaires
 
Hommage à Jo-Vy
 
Hommage au vrai Charlot
 
Mais oui, vous êtes sur un site des
LASKAR & CO
La Grande Odeur

 

Mon père commence à prendre l'odeur. J'ai recouvert son cadavre des pauvres couvertures qu'il avait eues. Mais l'odeur de la mort commence à se faire violente. Dans le baraquement, les odeurs de sueur, de pisse, et bien pire encore sont suffocantes. Mais l'odeur de la mort, l'odeur de la décomposition peut envahir et supplanter toutes les autres odeurs.

Trente six heures qu'il est mort, et je n'arrive pas à déclarer au chef de groupe la mort de mon père. Je ne veux pas qu'il prenne l'autre odeur.

L'autre odeur. La grande Odeur. La Haute Odeur. Celle qui monte vers le ciel. Celle qui sort de la grande cheminée. Celle qui envahit toute la région, toute l'Alsace.

Comme il avait été content, mon père, quand on s'était arrêtés à Stutthof. Tu vois, mon fils, on reste en France ! Pourtant, ce n'était pas vraiment la France. L'Alsace avait été annexée au Reich en 1940. En cette année de malheur 1943, être en Alsace ne signifiait pas être en sécurité.

"Quelle différence, mourir à Stutthof ou à Auschwitz ? hein papa ?". Dans la nuit, je chuchote. "Ca t'avance bien, d'être resté en France, hein papa ? Tu es mort en France ! Quelle bonne nouvelle ! Ton cadavre se décompose en France !" Mais putain, quelle odeur ! Il faut que je fasse quelque chose ! Aïe ! Je ne veux pas qu'il prenne l'autre odeur, la Grande Odeur.

Cette Grande Odeur, elle envahit tout le camp, elle envahit tous les environs. Quand nous sortons en groupe de travail, peu importe où nous allons, elle est toujours présente. Les gars disent que je la transporte avec moi. C'est possible. On a tous pris notre futur odeur. L'odeur des fours crématoires. Les Sonderkommandos puent jusque dans la moelle des os. Ils travaillent à transporter les cadavres de la chambre à gaz au four crématoire. Je vous dis pas les odeurs qu'ils subissent. L'odeur de la chambre à gaz qu'on ouvre. Le Zyklon B qui met un temps interminable à se dissiper. L'odeur des cadavres qu'on empile et qu'on met parfois des jours avant de brûler. Enfin, l'odeur de brûlé des fours, cette odeur de chair humaine brûlée, elle est à nulle autre pareille.

Cette nuit, à deux heures du matin, je vais sortir son corps et je vais l'enterrer derrière le baraquement. Je creuserai la terre avec mes mains, avec mes doigts, avec mes ongles. Je ne l'enterrerai pas trop profond. Je ne pourrai pas. Mais je vais l'enterrer. Il ne finira pas au four crématoire, mon père.

Il ne finira pas dans la Grande Odeur.

On parlera sûrement plus tard des horreurs des camps de concentration, mais est-ce qu'on parlera des odeurs des camps de concentration ?

 

 

 


Parse error: syntax error, unexpected ',' in /home/clients/4c8e9f293113794b8f58b65ba6fba00c/web/charlotdu13/Htm5Playlist/vu/Player.php on line 36