le blog'notes

 

le Blog'notes de Charlot du 13

 

les laskar

 

Charlot du 13

 

L'ouverture de ce blog-notes
Mes aventures avec l'administration
Mes aventures avec la maladie
Pages éparses de ma mémoire
Moi, sexygénaire
Mes amours, mes emmerdes
Atelier d'écriture
A Nadia et les autres
Kouakou
La cabane
Le voyage de noces
Petits poèmes
Les petits bonheurs
Babou le petit éléphanteau
L'ogre à l'éclair
Le Calabrais
70 ans - les Acacias
70 ans - la Salsa
La princesse Anthracite
Femmes qui lisent sont dangereuses
Femmes qui lisent... en vers...
La Bar Mitzvah
La menace
Dans l'urgence
L'oiseau bleu
Chagall
La Grande Odeur
Dans l'odeur de chèvrefeuille
L'homme qui donnait trop
Le train
Baiser volé
Haïkus d'Automne
Ma mer
La terre est noire
Sapho
C'est si bon
Diverses élucubrations
L'ancien testament
Les Evangiles au XXIème siècle
Vos commentaires
 
Hommage à Jo-Vy
 
Hommage au vrai Charlot
 
Mais oui, vous êtes sur un site des
LASKAR & CO
70 ans - les Acacias

 

La pancarte, immense, ornait la façade. Deux énormes colibris - Mais c’est pas un petit oiseau, le colibri ? - encadraient le nom.

Je fis signe au chauffeur de taxi que nous étions arrivés. Voilà. Ma dernière demeure avant le cimetière. L’enterrement ou la crémation ? Je ne m’étais pas encore décidé. Je m’ébrouais pour me faire sortir ces pensées de la tête. Je sortis de la voiture et j’attendis que le chauffeur pose mon déambulateur devant moi. Le déambulateur. Mon nouveau – et dernier ? – copain. Mon soutien. Ma béquille. Mon appui. Je me sentais seul. Comme c’était bizarre de se sentir seul...

A 20 ans, nous étions un groupe d’une vingtaine de gars et de filles toujours prêts à faire la fête et quasiment inséparables. A 40 ans, les tablées hebdomadaires chez les parents, enfants et petits enfants. Là aussi, nous étions une vingtaine à manger, à boire, à rire, à discuter. De politique, des fois. Et même là, c’était drôle.

Et maintenant, à presque soixante dix ans, seul. Ma femme, ma chérie, m’a quitté il y a trois ans pour un con. Un salaud. Un salopard de cancer des poumons qui s’était généralisé avant qu’on le découvre. Mon fils aîné vit sa vie à Paris. Mon fils cadet vit sa vie à Genève avec mon petit fils que je n’ai pas vu depuis plus d’un an. A chaque fois qu’on se voit, il ne me reconnaît pas.

Ah ! Seul ! Hier encore, quand j’avais dix ans, chez ma grand-mère, on était plus facilement cinquante de dix. J’ai toujours vécu en groupe. Groupe familial. Groupe de travail. Groupes de toutes sortes. Un grégaire. Je suis un grégaire. Et maintenant je suis seul. Là. En bas du perron. Devant cinq misérables marches qui me bloquent la route. La rampe d’accès est au moins à vingt mètres. Une randonnée pour moi. Je ne veux pas laisser mes valises.

Oh ! C’est pas un trésor qu’il y a dedans ! Des vêtements dans une valise et ma vie dans l’autre. J’ai fait un grand ménage avant de partir. Seuls quelques livres, mon ordinateur. Musiques, livres, photos, toute ma vie tient dans un disque dur.

Toute ma vie dans un disque dur.

Aussi, j’en ai fait une sauvegarde.

J’ai trop peur de la perdre.

Ma vie.

 


 


Parse error: syntax error, unexpected ',' in /home/clients/4c8e9f293113794b8f58b65ba6fba00c/web/charlotdu13/Htm5Playlist/vu/Player.php on line 36