le blog'notes

 

le Blog'notes de Charlot du 13

 

les laskar

 

Charlot du 13

 

L'ouverture de ce blog-notes
Mes aventures avec l'administration
Mes aventures avec la maladie
Pages éparses de ma mémoire
Moi, sexygénaire
Mes amours, mes emmerdes
Atelier d'écriture
A Nadia et les autres
Kouakou
La cabane
Le voyage de noces
Petits poèmes
Les petits bonheurs
Babou le petit éléphanteau
L'ogre à l'éclair
Le Calabrais
70 ans - les Acacias
70 ans - la Salsa
La princesse Anthracite
Femmes qui lisent sont dangereuses
Femmes qui lisent... en vers...
La Bar Mitzvah
La menace
Dans l'urgence
L'oiseau bleu
Chagall
La Grande Odeur
Dans l'odeur de chèvrefeuille
L'homme qui donnait trop
Le train
Baiser volé
Haïkus d'Automne
Ma mer
La terre est noire
Sapho
C'est si bon
Diverses élucubrations
L'ancien testament
Les Evangiles au XXIème siècle
Vos commentaires
 
Hommage à Jo-Vy
 
Hommage au vrai Charlot
 
Mais oui, vous êtes sur un site des
LASKAR & CO
Les petits bonheurs

 

Les petits plats

Cela fait sept ans maintenant, depuis que je suis à la retraite, que je me suis mis à la cuisine et j’adore ça. Entendons nous bien, cela ne fait pas de moi un grand cuisinier, un ténor de la casserole, un artiste de la sauteuse, un virtuose de la poêle. J’aime ça, c’est tout. Mais je ne cuisine jamais quand je suis seul. Je ne sais pas. Je ne peux pas. Une tomate et un morceau de fromage avalés sur le coin de la table de la cuisine, sans même m’asseoir, c’est presque une corvée de manger. Mais cuisiner pour ceux que j’aime ! Ah ! J’ai un secret très simple : dans toutes mes recettes, je mets pour 3/4 les ingrédients requis pour le plat recherché, et le 1/4 restant, c’est une bonne dose d’amour. Pas plus que 1/4, il ne faut pas que ce soit écoeurant. Non, juste ce qu’il faut. Et suivant la personne, il y aura aussi 1/4 de tendresse. Vous allez me dire : Mais Charles, 3/4 d’ingrédients, 1/4 d’amour, 1/4 de tendresse, ça fait 5/4 ? Alors, je vous renverrai à Pagnol : « Mais imbécile, tout dépend de la grosseur des quarts ! »

 

Les petites rencontres

J’ai gâché la plupart de ma vie par une imbécile timidité. C’est bête, j’avais peur du jugement d’autrui. Très –trop- bavard avec ma famille et mes amis, je n’adressais jamais la parole à des inconnus et surtout pas à des inconnuEs. C’est bête, j’avais peur du jugement d’autrui. Et puis, au seuil de mon troisième âge, je me suis aperçu que je m’en fichais, d’autrui ! Qu’il aille au diable, autrui ! et son copain le qu’endiraton ! et je me suis aperçu qu’on peut faire des rencontres remarquables dans la vie. Par quelques mots anodins au départ qui peuvent déboucher sur le roman d’une vie. Chez le boulanger : « Oh ! elle a l’air bien bonne, cette brioche au beurre ! » et la belle inconnue, car toutes les inconnues sont belles, se met à raconter : Cette brioche du matin, c’est sa drogue, son addiction. Elle a tout essayé pour se sevrer, l’alcool, le tabac, les drogues, rien n’y fait. Des rencontres remarquables ou simplement quelques mots, se concluant par un petit au-revoir et ça suffit pour illuminer une journée. Ah ! J’oubliais le plus important : le sourire qui va avec !

 

Les petits textes

C’est à l’atelier que je me suis aperçu que je pouvais écrire pour un public. Pendant des années, j’avais écrit pour moi. Comme une thérapie. Pour me relire quelques années plus tard pour voir le chemin parcouru. Ou le sur-place. Et puis, à l’atelier, j’ai découvert le plaisir de lire à haute voix mon texte pour des oreilles bienveillantes. Trop bienveillantes souvent. Et alors là, je suis divisé en deux Charles. Il y a un Charles qui aimerait se cacher sous la table et qui n’ose pas regarder ses auditeurs par peur de voir dans leurs yeux une réprobation ou pire de voir un bâillement étouffé. Et puis, il y a l’autre Charles, heureux de donner quelques mots qui viennent de son esprit pour faire partager un peu de ses pensées, quelques mots qui viennent de son âme pour faire partager un peu de ses émotions, quelques mots qui viennent de son coeur pour faire partager un peu de son amour.

 

Les petits bonheurs

Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne, je sortirai dans mon jardin boire un café. Ma grand-mère était une optimiste. Elle disait : « Demain, il fera jour ». Moi, je le suis encore plus. Je dis : « Demain est un autre jour ». Je dis : « Profitons d’abord d’aujourd’hui ». Je n’attends pas ‘les lendemains qui chantent’, ‘la semaine des quatre jeudis’, le jour où ‘on rasera gratis’. Non simplement encore un demain rempli de petits bonheurs anodins. Un café noir dans le jardin à l’heure où le ciel blanchit, et puis une bonne douche, chaude d’abord puis bien fraîche pour délasser les muscles et dénouer les nerfs. Regarder dans le frigo et concocter un bon petit plat pour les amis qui viennent manger, et puis et puis plein de ces petites choses, petites mais indispensables qui font que demain sera une belle journée, sera une belle semaine, sera une belle année, que la Corée ne fera pas exploser sa bombe H, qu’il n’y aura plus de cyclone en Atlantique, que... dès demain, je n’écoute plus les nouvelles. Demain est un autre jour !

 


 


Parse error: syntax error, unexpected ',' in /home/clients/4c8e9f293113794b8f58b65ba6fba00c/web/charlotdu13/Htm5Playlist/vu/Player.php on line 36