le blog'notes

 

le Blog'notes de Charlot du 13

 

les laskar

 

Charlot du 13

 

L'ouverture de ce blog-notes
Mes aventures avec l'administration
Mes aventures avec la maladie
Pages éparses de ma mémoire
Moi, sexygénaire
Mes amours, mes emmerdes
Atelier d'écriture
A Nadia et les autres
Kouakou
La cabane
Le voyage de noces
Petits poèmes
Les petits bonheurs
Babou le petit éléphanteau
L'ogre à l'éclair
Le Calabrais
70 ans - les Acacias
70 ans - la Salsa
La princesse Anthracite
Femmes qui lisent sont dangereuses
Femmes qui lisent... en vers...
La Bar Mitzvah
La menace
Dans l'urgence
L'oiseau bleu
Chagall
La Grande Odeur
Dans l'odeur de chèvrefeuille
L'homme qui donnait trop
Le train
Baiser volé
Haïkus d'Automne
Ma mer
La terre est noire
Sapho
C'est si bon
Diverses élucubrations
L'ancien testament
Les Evangiles au XXIème siècle
Vos commentaires
 
Hommage à Jo-Vy
 
Hommage au vrai Charlot
 
Mais oui, vous êtes sur un site des
LASKAR & CO
Petits poèmes

 

Le modèle
(métaphores)

Elle se déshabilla doucement
Dans la lumière.
Déjà l’émeraude de ses yeux l’avait fasciné
Et le frais calice de sa bouche.
Il regarda les ailes d’ange de ses bras
Les pommes de nacre de ses seins
Ses hanches en clé de sol
Les colonnes de soie de ses cuisses
Elle était si jolie
Le peintre soupira
Son modèle était trop beau
Il n’y arriverait pas
Il ne pourrait pas la peindre

 

Une journée douce

L’été était bien terminé
Le ciel était gris, éclaboussé de brume
Personne à la plage
La mer était haute

Il laissa sa serviette dans le sac
Il n’en aurait nul besoin
Il entra doucement dans l’écume

Et nagea loin, loin, très loin
Aussi loin loin qu’il pouvait
Avec le lest à la taille

Il avait choisi ce jour
D’une tendre tiédeur
Pour s’en aller doucement
C’était un bon jour pour partir

 

Femme battue
(figures de répétition)

Tu entends les cris de sa colère
Et toi, toi, tu as peur de ses gifles

Tu entends la vaisselle cassée
Et toi, toi, tu as peur qu’il te frappe

Tu entends la porte claquer
Et toi, toi, tu soupires de soulagement

Tu entends les pas décroître
Et toi, toi, vas-t-en !

 

Femmes
(surréalisme)

Femmes
Qui avez parcouru ma vie
Vous qui m’avez troublé
Vous qui m’avez créé
Vous qui m’avez grandi
Vous qui m’avez tué
J’en ai pleuré de joie
Et d’angoisse

Femmes
Vos corps de marbre, de Sienne ou bien d’ébène
Vos yeux d’azur, de lazuli ou d’encre
Vos cheveux d’or, de feu, de terre, de nuit ou de neige
Vous avez parsemé ma vie d’éclats d’étoiles
De murmures insensés
De savoureux printemps
Vous avez rempli mes nuits de soleil

Femmes
Quand vous n’êtes pas là
Dans le grand lit de ma tristesse
Votre souvenir fait briller mes yeux
Et je m’endors tranquille
Dans vos bras

 


 


Parse error: syntax error, unexpected ',' in /home/clients/4c8e9f293113794b8f58b65ba6fba00c/web/charlotdu13/Htm5Playlist/vu/Player.php on line 36