le blog'notes

 

le Blog'notes de Charlot du 13

 

les laskar

 

Charlot du 13

 

L'ouverture de ce blog-notes
Mes aventures avec l'administration
Mes aventures avec la maladie
Pages éparses de ma mémoire
Moi, sexygénaire
Mes amours, mes emmerdes
Cinquante ans
Morenica
Régine
Here comes the sun, Mag's
Ouh là là ! Quelle nuit !
En cachette, en grande cachette
La Suissesse
Françoise de l'Afpa
Hélène
Atelier d'écriture
Diverses élucubrations
L'ancien testament
Les Evangiles au XXIème siècle
Vos commentaires
 
Hommage à Jo-Vy
 
Hommage au vrai Charlot
 
Mais oui, vous êtes sur un site des
LASKAR & CO
Régine

 

Alors, elle, on pouvait dire qu'elle voulait se caser, hein ? Oh oui ! Elle voulait se caser ! Ca se voyait comme le nez au milieu de sa figure. Qu'elle avait assez jolie, d'ailleurs. La figure. Pas le nez. Enfin, pas spécialement le nez. Assez jolie, mais sans plus. Pas de quoi écrire à ses parents.

Elle était de Marseille. Ou plus exactement d'Aubagne. Une fille d'Aubagne touriste au kibboutz. Ca faisait un peu la maison qui faisait coucou de loin. Elle est restée un mois. Elle adorait le kibboutz. Elle aurait voulu y vivre. Mais voilà. Elle n'était pas juive.

Elle n'était pas juive. Et si elle n'était pas juive, elle ne pouvait pas devenir israélienne. Enfin, pas tout de suite. Pas par la loi du retour, comme nous. Elle pouvait se faire naturaliser mais il fallait vivre cinq ans au pays. C'est idiot, mais c'est comme ça. C'est comme ça dans tous les pays d'ailleurs. Vous arrivez en France. Vous vous installez en France. Vous croyez que vous allez avoir la nationalité française tout de suite ?

Elle passait toutes ses soirées avec nous. Elle ne nous lâchait pas d'une semelle. Elle était gentille, y a pas à dire... Mais pas très intéressante et un peu collante.

Mais gentille.

Elle partit à la fin de son visa d'un mois de touriste.

Et nous, on continuait nos vies de patachons. On était affectés pour six mois au canal de Suez. Au début, ça tirait de temps en temps. Oh, tranquille ! On se regardait surtout en chiens de faïence avec les Egyptiens. Par jumelles interposées. Avec de bonnes jumelles, comme on avait, on pouvait se voir face à face. On était postés vers le milieu du canal, près d'Ismaïlia. On était à moins de cent mètres des Egyptiens. Avec les jumelles, on les voyaient très bien et on se reconnaissait chaque jour. Presque à se faire coucou dans les jumelles.

Et puis au bout d'un mois, surprise ! Cessez-le-feu ! On s'amusait à dire que les Egyptiens n'avaient pas eu le choix que de signer le cessez-le-feu quand ils ont vu que c'était nous qui avions été affectés au canal !

Et quelques temps après, Régine revient !

Cette fois, elle avait pris un visa longue durée. Elle ne partirait du kibboutz que par la force des baïonnettes... Et en fait, si on regarde quelques années plus tard, quand on a pratiquement tous quitté le kibboutz, ben, elle était presque la seule à y être restée !

Et là,elle commença son travail de chercheuse. Chercheuse de mari. Parce que son projet, c'était de se marier avec l'un d'entre nous. N'importe lequel. Elle n'était pas amoureuse de l'un d'entre nous, elle était amoureuse du kibboutz. Oh ! Elle sortit avec cinq ou six d'entre nous. A chaque fois, ça ne durait pas longtemps. Chacun se comportait de la même manière. On s'échappait. Peur de la pieuvre qui nous étouffait. Et moi, ben, je fis partie du lot. Je sortis avec elle. Quelques semaines. A chaque permission, elle me faisait un gâteau. Le gâteau traditionnel de Chabbat du kibboutz. A chaque permission, elle restait collée à moi comme une sangsue. elle aimait tout ce que j'aimais, elle détestait tout ce que je détestais. Quand je m'amusais, pour la tester, à changer d'avis sur quelque chose, elle changeait d'avis aussi. Au lit, c'était bien. Sans plus. Il faut dire que je n'avais pas encore l'expérience que m'ont donné mes futures amours.

Après quelques semaines, je rompis. Si elle en a été affectée, elle continua à draguer. Mais bientôt, le groupe fut épuisé. Alors... Alors... Elle se rabattit sur notre professeur. Qui avait une dizaine d'années de plus que nous. Il était encore jeune. Et célibataire. Vieux garçon. La proie ! Et ça a marché !

Ca a marché ! Quelques mois après, ils étaient mariés !

Sacrée Régine, va !


 

 

 


Parse error: syntax error, unexpected ',' in /home/clients/4c8e9f293113794b8f58b65ba6fba00c/web/charlotdu13/Htm5Playlist/vu/Player.php on line 36