le blog'notes

 

le Blog'notes de Charlot du 13

 

les laskar

 

Charlot du 13

 

L'ouverture de ce blog-notes
Mes aventures avec l'administration
Mes aventures avec la maladie
Pages éparses de ma mémoire
Moi, sexygénaire
Mes amours, mes emmerdes
Cinquante ans
Morenica
Régine
Here comes the sun, Mag's
Ouh là là ! Quelle nuit !
En cachette, en grande cachette
La Suissesse
Françoise de l'Afpa
Hélène
Madie Mado
Isabelle
Momo la gouine
Nellyoushka
Michelle, ma belle
Atelier d'écriture
Diverses élucubrations
L'ancien testament
Les Evangiles au XXIème siècle
 
Vos commentaires
 
Hommage à Jo-Vy
 
Hommage au vrai Charlot
 
Mais oui, vous êtes sur un site des
LASKAR & CO
Nellyoushka

 

Enfin j'habitais seul. Enfin j'apprenais la solitude. Il me fallait en passer par là avant de pouvoir construire quelque chose de nouveau. Me construire moi-même avant de construire à deux.

Mais ça n'a pas duré longtemps. Un beau soir de juin, le 21 exactement, j'errais dans une fête de la musique. Un truc africain. Sympa comme tout.

Et j’ai rencontré Sylvie. Sylvie, une amie de ma sœur que j’avais connu chez ma sœur. Une fille sympa. Mais ce soir-là, Sylvie n’était pas seule. Elle était avec une collègue à elle, une Nelly.

Nelly, quel prénom original. Nous fîmes connaissance. Elle m’invita chez elle à boire de l’Eau de Frais-Vallon. Explication : Elle habitait à Frais-Vallon, un quartier ouvrier de Marseille, dans un logement de fonction. Elle était institutrice.

Il s’avéra que l’Eau de Frais-Vallon était une Eau de vie redoutable, trouvée dans un tonneau de feu son grand-père paternel, transporteur de vin. Nous bûmes. Nous parlâmes. Et nous rebûmes. Toute la nuit. Au petit matin, je l’engageais à aller voir le lever de soleil sur la mer.

Et nous voilà sur la corniche à 5h. du mat’ à attendre que le soleil se lève sur la mer. Nous avions sans doute un peu trop bu. Nous avons oublié qu’à Marseille, la mer est à l’ouest, et nous avons trouvé le soleil… dans notre dos !

Voilà. Tout est dit.

Ce n’est que le lendemain que nous eûmes des rapports. Et que nous découvrîmes que nous étions compatibles. Très compatibles.

Et ma foi, trente-cinq ans après…


 

 
 
Adagio de la Cassation - Mozart.mp3