le blog'notes

 

le Blog'notes de Charlot du 13

 

les laskar

 

Charlot du 13

 

L'ouverture de ce blog-notes
Mes aventures avec l'administration
Mes aventures avec la maladie
Pages éparses de ma mémoire
Moi, sexygénaire
Mes amours, mes emmerdes
Atelier d'écriture
Diverses élucubrations
L'ancien testament
Les Evangiles au XXIème siècle
Les Evangiles
Les treize brigands de Galilée
Viens voir les comédiens
Quelle beuverie !
L'examen
L'hopital Hadassah
Les contes de mon pays
De l'action !
Alexandrie, Alexandra
Un arbre et une corde
Le gardien du Negev
Rosa, rosa, rosam
Très excellent Théophile
Le 3ème bouquin : Momo le nomade
Vos commentaires
 
Hommage à Jo-Vy
 
Hommage au vrai Charlot
 
Mais oui, vous êtes sur un site des
LASKAR & CO
Très excellent Théophile

 

Evangile selon Luc

 

Très Excellent Théophile,

C’est avec une grande joie que j’ai reçu ce jour votre missive si encourageante. Elle me conforte dans l’idée que Rome est vraiment la capitale de l’Empire et surtout donc, de la culture mondiale. Quel bonheur de voir une maison d’édition comme la votre rechercher des auteurs en dehors de « La Ville » et même dans les régions asservies. Mais, à ma décharge, je dois avouer que je considère mon pays d’origine, la Grèce, comme la mère de la culture romaine.

Vous me demandez donc un manuscrit original. Une fiction nouvelle. Que dire ? L’engouement des Romains pour les histoires inventées est toute nouvelle. Ceci, vous me dites, appelle une offre chez les auteurs contemporains. Le montant que vous me proposez est un éloge à mes capacités littéraires. Toutefois, jusqu’à ce jour, je n’ai excellé que dans des récits historiques, et mon imagination ne saurait reposer que sur des témoignages reçus.

C’est aussi pour cette raison que votre offre me semble alléchante. Bien sûr, le montant de l’avance est une raison à elle seule tentante, ainsi que le pourcentage sur les ventes futures. La proposition d’un accord permanent en cas de succès de ce premier ouvrage me mettrait à l’abri du besoin. Mais l’idée de devoir inventer à partir de rien une histoire m’attire plus que tout l’or du monde.

Aussi, je me permets de vous annoncer que j’accepte avec joie votre offre ainsi que l’avance. Je vous tiens au courant de mon travail

Grèce, An 813 Ab Urbe Condita
Luc


Très Excellent Théophile,

Vous me refusez ma première proposition. Je comprends votre réticence. Pourtant l’idée de décrire une famille de pauvres pécheurs grecs me semblait plaisante pour les riches Romains en quête d’exotisme. Bien sûr, le misérabilisme de leur situation ne reflète pas la grandeur de Rome. Je remets donc cette idée dans mes cartons.

Que dire de l’histoire d’Œdipe ou de celle de Thésée remis au goût du jour ? Les Atrides, les Labdacides, il y a tant d’histoires merveilleuses que les Romains ne doivent pas connaître… Et le grand Virgile ne s’est-il pas lui-même inspiré de notre Homère ?

J’espère que vous accepterez l’idée de reprendre une des histoires de nos grands classiques. A vrai dire, et pour vous avouer le fond de mon problème, il ne me vient aucune idée originale…

J’attends avec impatience votre réponse.

Grèce, An 814 Ab Urbe Condita
Luc


Très Excellent Théophile,

Vous refusez catégoriquement ma proposition de reprendre les héros antiques comme thème de nouveaux romans. Je le comprends. Les Romains en sont saturés. Je le comprends également.

En fin de compte, il m’est venu une idée saugrenue. Avez-vous, ce qui m’étonnerait fort, entendu parler d’un certain Paul de Tarse ? Connaissez-vous ses élucubrations ? sont elles parvenues jusqu’à la Ville Eternelle ?

Merci de votre réponse.

Grèce, An 815 Ab Urbe Condita
Luc


Très Excellent Théophile,

Puisque vous ne connaissez pas les étranges histoires de ce Paul de Tarse, laissez-moi vous camper en un mot le personnage.

Ce Paul, travaillant à Jérusalem mais originaire de Tarse, était atteint de plusieurs névroses et d’un bonne dose de psychose. Il disait qu’il devait aller à Damas pour répandre la « bonne nouvelle ». La bonne nouvelle !

Il avait, entre autres, un gros problème de sexualité. Il ne supportait pas les femmes. Il en avait une frousse bleue. Interné à l’hôpital d’Hadassah, les infirmiers avaient rapporté qu’en le déshabillant, ils avaient vu qu’il avait une malformation au niveau du sexe. Ils n’avaient pas été plus précis que « Heu, c’est pas vraiment un homme… ».

Bref, ce Paul racontait que le messie des Juifs était arrivé. Un certain Jésus, crucifié à Jérusalem, en Judée en l’an 786 Ab Urbe Condita, et se proclamant « le Fils de Dieu ». L’histoire est très drôle. Ce Jésus-là marche sur l’eau, il guérit les malades, les lépreux, les paralytiques, il multiplie les pains et les poissons, bref que des gags à mourir de rire.

Je pense que cette littérature comique plaira au plus haut point à l’intelligentsia de la Ville aux sept Collines.

Ah oui ! Premier gag et non des moindres : Sa mère l’a enfanté en restant vierge ! Hi hi hi !

Qu’en pensez-vous ?

Si cette idée vous agrée, je me mets au travail tout de suite.

Merci de votre réponse.

Grèce, An 816 Ab Urbe Condita
Luc


Très Excellent Théophile,

C’est avec joie que je commence tout de suite ce nouveau roman burlesque. Vous verrez, vous ne serez pas déçu du comique. Comique de situations, comique de caractères, l’histoire de ce Jésus est tellement abracadabrante qu’elle vous fera mourir de rire !

Nul doute que les lecteurs de la Ville Caput Mundi s’arrachent bientôt les nombreux exemplaires copiés que vous aurez mis en vente.

Je commence donc sur le champ ce roman désopilant.

J’ai déjà le titre : « Evangile selon Luc »

Hi hi hi !

Grèce, An 817 Ab Urbe Condita
Luc

 


 


Parse error: syntax error, unexpected ',' in /home/clients/4c8e9f293113794b8f58b65ba6fba00c/web/charlotdu13/Htm5Playlist/vu/Player.php on line 36